Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

SÉNÉGAL PAYS DES CONFLITS D'INTÉRÊTS : LE CAS DE YOUSSOU NDOUR ET ALIOUNE TINE

Posté par: ALDIOUMA SOW| Mercredi 13 juillet, 2016 14:07  | Consulté 1396 fois  |  2 Réactions  |   

Le conflit d’intérêts est défini « comme toute situation d’interférence entre un intérêt public et des intérêts publics ou privés qui est de nature à influencer ou à paraître influencer l’exercice indépendant, impartial et objectif d’une fonction ».

Appliquons cette définition au cas de bon nombre de collaborateurs de Macky Sall en ce moment mais prenons en deux seulement : Le cas de YOUSSOU NDOUR( le chanteur) et de ALIOUNE TINE, dir régionale d'Amnesty).

Ces deux hommes continuent de travailler dans le privé donc ne peuvent pas au regard du contexte légal actuel d'agir pour le compte de l’État et de ce fait recevoir un salaire de celui-ci. Si pour le premier cette incompatibilité est réglée par la constituant qui dispose que la qualité de membre du Gouvernement est incompatible avec un mandat parlementaire et toute autre activité professionnelle publique ou privée rémunérée, pour le second, cette incompatibilité est interdite par le statut de la fonction publique qui dispose que la fonction d'agent public, de l’État est incompatible avec toute autre fonction ou activité dans le secteur privé.

Examinons le cas de Youssou Ndour :

Il est PDG d'une structure du secteur privé (le groupe futurs médias) et en même temps leader du super étoile structure de droit privé. Ces deux structures sont en compétition avec d'autres structures du secteur privé sénégalais en matière de spectacle et de communication. Il n'est pas alors exclu que le statut de fonctionnaire, d'agent public de Monsieur Youssou Ndour puisse profiter à ses entreprises faussant et violant ainsi la règle de la libre concurrence indispensable à une économie qui se veut libérale où la libre concurrence en est une valeur sacro-sainte.D'ailleurs, la fréquence des spots de publicité du gouvernement au niveau des antennes télé et radios de GFM confirme ce fait ; sans compter la décision récente du pseudo ministre de la jeunesse d'attribuer pour la deuxième année consécutive l’animation des vacances citoyennes au groupe super étoile dont le leader est Youssou Ndour.

Pour le cas d'Alioune Tine , voici un monsieur qui était Président de la RADHO (qui lui a servi de groupe de pression pour légitimer une collaboration avec la mouvance apériste accédée au pouvoir en 2012), est aujourd'hui à la tête du Département régionale de Amnesty International dont les intérêts ne cadrent pas toujours avec les intérêts de notre pays en matière de droits de l'homme. Pour rappel, la question des droits de l'homme blanc ne saurait être traitée dans notre pays au mépris de notre trajectoire historique, de notre situation économique et de nos valeurs de peuples de croyants qui fondent notre identité nationale. Et pourtant cette ONG ainsi que celles qui s'apparentent à elle dans leurs démarches à travers les sorties de son directeur pays méprise ce fait ;Ses sorties dans lesquelles il fustige notre politique pénale et carcérale prouvent que cette organisation ne vivre pas toujours en phase avec les intérêts et orientations de notre pays en matière de droit de l'homme et sur nos relations avec la Gambie et la Mauritanie. On voit alors que Monsieur Alioune Tine en même temps président de la commission nationale des droits de l'homme du Sénégal et aujourd'hui directeur régionale de Amnesty Internationale ne peut dans aucun cas être en mesure de faire valoir correctement les intérêts du Sénégal face à la nécessaire défense des lignes politiques de ces organisations dans lesquelles il compte et se bat pour faire carrière. Les hommes au Sénégal dans sa situation sont nombreux mais nous y reviendrons largement en abordant la question relative aux groupements d'individus et bureaucraties qui reçoivent l'argent de l'étranger et qui prétendent changer la gouvernance dans notre pays.

En définitif, quelque soit le cas considéré et devant l'inaction de la justice ( domptée) face à cette illégalité flagrante, leur attachement à l'éthique et à la déontologie comme ils semblent le clamer partout leur aurait dissuadé d'accepter de telles faveurs. Ces dernières leurs mettent sur une position indigne de rente au détriment des autres sénégalais avec lesquelles ils sont en concurrence ou auprès desquelles ils se targuent de défendre les mérites d'un état de droit.

Par ailleurs, cela ne surprend pas car on 'est au Sénégal où l’État demeure « le lieu par excellence du repas » et sous Macky Sall un véritable tong tong.

Et devant ce contexte, le seul chemin viable est le nationalisme !!

 L'auteur  ALDIOUMA SOW
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
CHERIF En Juillet, 2016 (17:22 PM) 0 FansN°:1
Trés bien dit Mister Aldiouma " on 'est au Sénégal où l’État demeure « le lieu par excellence du repas » et sous Macky Sall un véritable tong tong."
Baye En Juillet, 2016 (19:28 PM) 0 FansN°:2
Je l'ai toujours dit mais dès que tu parles de Y N les gens disent que da nga sokhor, ces gens vont nous baiser tous et le ou on va se réveiller ce sera trop tard

Ajouter un commentaire

 
 
ALDIOUMA SOW
Blog crée le 14/04/2016 Visité 32276 fois 16 Articles 636 Commentaires 1 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires